Invaders From Mars - 1986

Une nuit, David Gardner, un jeune garçon voit par sa fenêtre un Ovni attérir derrière une colline. Le lendemain, le père pour rassurer son fils se rend sur les lieux. Il revient changé avec une blessure à la nuque et tente d'attirer David vers cette fameuse colline...

affiche_invaders

Avec ce remake d'un vieux classique de la SF paranoïaque des années 50 (les Envahisseurs de la Planète Rouge de William Carol Menzies), Invaders From Mars m'apparaît comme l'oeuvre la plus touchante de son réalisateur.

Sous couvert d'un film de genre, il parle de lui. Il parle de ses propres films avec des clins d'oeil à Lifeforce qui passe à la télé ou de Poltergeist avec un début quasiment identique (la nuit d'orage), comme pour réaffirmer sa paternité sur ce film.

inv

Il parle de lui et de ses goûts puisque le film original l'a profondément marqué enfant.

fletcher

La naïveté avec laquelle il traite son histoire de Martiens est d'ailleurs toute enfantine...

Les Martiens qui se cachent derrière la colline, et que les adultes qualifieraient de grotesques, sont comme on peut se les imaginer à cet âge-là : gros, ronds, dégueux et avec de grandes dents (ils sont d'ailleurs très différents de la version originale). Les militaires sont des gars très courageux et l'infirmière de l'école est très attentionnée. Tobe Hooper venge même des milliers de morveux quand la méchante maîtresse se fait bouffer toute crue par les martiens.

mars

Alors certes, c'est parfois maladroit. Invaders From Mars n'est pas un film parfait. La première partie, paranoïaque, est très réussie avec le point de vue de David, des parents franchement flippants qui deviennent peu à peu une menace et une méchante maîtresse ralliée à la cause martienne (avant de finir comme on sait). Quand la seconde partie paraît bien moins interessante en perdant de vue David pour se concentrer sur les militaires (comme dans le film original).

Heureusement, il y a le final qui, comme souvent chez Tobe Hooper, est un grand cirque enthousiasmant : les Martiens vraiment hideux font des trous dans le cou et annihilent à coups de rayon laser du militaire.

invaders

Pas parfait donc mais on y retrouve bien tout le charme des séries B d'antan, sans cynisme aucun, avec de la transgression et des gros martiens !

C'est ce que j'apprécie chez Hooper, ces films peuvent être cultissimes, géniaux, sympathiques, moyens ou simplement ratés, ils font preuve d'une sincérité et d'une foi aveugle pour le genre que je trouve absolument désarmante.

Et Invaders from Mars catalyse tout le plaisir que j'ai à regarder ses films.